Warning: array_shift() [function.array-shift]: The argument should be an array in /htdocs/public/www/spip/config/ecran_securite.php on line 283
LPLM répond à Vivolta, le site de la chaine - Association [Les Papas = Les Mamans]

LPLM répond à Vivolta, le site de la chaine

mercredi 22 février 2012
par Administration
popularité : 12%

 

Le président de l’Association [Les Papas=Les Mamans] répond à nos questions

 

Sur le thème des parents célibataires, Gérard Révérend a accepté de répondre à nos questions. Président et co-fondateur de l’Association [Les Papas = Les Mamans], il nous présente son association et dresse un constat sur la situation actuelle des pères célibataires.

 

Monsieur Révérend, qui êtes-vous ? Pouvez-vous nous parler de l’association que vous représentez ?


Je suis le fondateur de l’Association [Les Papas = Les Mamans] (LPLM). Il s’agit d’une association familiale qui fait la promotion de la co-parentalité effective. Elle intervient dans de nombreux domaines, notamment sur les questions de genres : à savoir la construction sociale de l’identité sexuée. 

Ce qui me frappe aujourd’hui, c’est la difficulté à repenser la famille en France. Les modèles familiaux traditionnels influent trop lourdement dans la façon d’être homme ou femme. D’autres pays privilégient l’égalité avec des résultats statistiques importants mais l’institution française, elle, freine les évolutions. Elle est en retrait des comportements sociaux. Les pays du nord procèdent par exemple plus à la garde alternée. 

L’objectif de l’association est de trouver les bons outils et de dénoncer les clichés en mettant les informations à disposition sur le site. Elle a donc une mission d’information mais aussi d’analyse au niveau des politiques et des médias.

 

Depuis quand existe l’association LPLM ?


L’association a été fondée en 2006. Elle est issue des mouvements de pères séparés. Nos activités au sein de l’association ont pour but de sortir d’une forme de civisme revanchard et de présenter des propositions concrètes. Son activité est d’ailleurs reconnue par un large public de professionnels.

 

Dans quels cas les personnes s’adressent à vous ?


Les gens nous contactent au sujet des questions de séparation. Une séparation correspond à la mort de la cellule familiale. Je constate que la régulation sociale a tendance à mettre tout le monde dans le même panier. Or, il faut prendre en compte ladiversité actuelle des situations familiales.

 

Que proposez-vous aux parents ?

 

Nous proposons des éléments d’analyse en fonction de la réalité du fonctionnement juridique, notamment au sujet de la résidence alternée. Nous sommes en contact avec des juges et des professionnels.

 

Nous comptons aussi beaucoup sur les médias pour appuyer nos démarches. L’important dans l’histoire, c’est que le couple parental survive. Malgré les conflits, il est important de maintenir le respect de part et d’autre car l’enfant est le plus souvent pris en otage. Le message essentiel que nous souhaitons délivrer est que les enfants ont besoin des deux parents.



Pouvez-vous nous parler du soutien apporté par le chanteur Cali ?

 

Le soutien de Cali a permis d’attirer l’attention des médias sur les actions menées par l’association. Il en a été le porte-parole, une vitrine en quelque sorte. Il s’est investit dans la cause parce qu’il était lui-même directement concerné. Seule une personne qui le vit personnellement peut comprendre ce sentiment d’exclusion et se battre pour le droit des pères à être traité de façon citoyenne.

 

 

Comment la situation du père célibataire évolue-t-elle ?


Au niveau des statistiques, on remarque que le pourcentage de garde accordée aupère subit une érosion légère mais régulière depuis qu’elle existe. C’est un premier facteur. La garde alternée n’est effective en réalité qu’à 15% et donnée quasi exclusivement sur un accord parentale et non en cas de conflit. Ce sont par ailleurs le plus souvent les pères qui se retrouvent dépossédés de leur droit de garde. 

Il faut reconnaître que les hommes demandent peu la résidence principale. Le gros des gardes au père intervient à l’adolescence et seulement si les enfants le demandent. C’est une situation paradoxale : il semble que l’on juge les pères plus compétents lors des périodes difficiles. 

Légalement, l’égalité père-mère existe mais, dans les faits, on donne souvent raison à la mère. Les institutions ont tendance à penser la famille de façon traditionnelle et considèrent que l’intérêt de l’enfant est celui de vivre au côté de sa mère. On pourrait s’attendre à plus de neutralité de la part des juges.

Ce sont les milieux anciens institutionnalisés qui font la loi. Les associations sont très nombreuses mais, cumulées, elles restent tout de même marginales. En France, ça avance lentement et, à chaque fois, cela entraîne des polémiques dès que l’on veut toucher aux questions familiales.

J’ai le sentiment que l’on veut revenir à une vision archaïque de la famille, à l’indissolubilité du mariage. Il faut au contraire repenser les questions familiales dansl’égalité républicaine et démocratique


alt












Alice Chiron, le 21/02/2012

Brèves

17 février 2011 - Grenoble s’engage pour l’égalité, avec LPLM, les 8, 14 et 29 mars 2011

Grenoble mars 2011

8 janvier 2011 - Audition de LPLM par Terrra Nova le 20 janvier 2011

Audition de LPLM par Terra Nova le jeudi 20 janvier 2011 . Gérard REVEREND , président de LPLM, (...)

8 janvier 2011 - Exposition "Regards d’adolescents" de l’association Les Papas = Les Mamans, 4ème opus, du 17 janvier au 17 février 2011

L’association [les papas = les mamans], adhérente au REEAP 30, est une association loi 1901 qui a (...)

22 décembre 2009 - "Papa dans tous ses états", colloque du réseau périnatalité du Hainaut le 19 janvier 2010, LPLM interviendra

Le 19 janvier 2010, l’association [ Les Papas = Les Mamans ] a le plaisir de vous inviter à un (...)

Top Articles